Posted on Leave a comment

Enfants et bricolage… 4 raisons pour lesquelles ils vont si bien ensemble!

On pense parfois que le bricolage est une activité comme les autres qui sert à amuser les enfants et à leur permettre d’être créatifs.

Pourtant, c’est teeeellllement plus que ça!

Le bricolage travaille la persévérance

Eh oui, la persévérance! Cette qualité si chère à nos cœurs de parents mais si difficile à inculquer à nos enfants! Bricoler n’est pas toujours comme une ballade sur une pouliche… c’est parfois un peu difficile. On ne réussit pas comme prévu, c’est plus long qu’on pensait, le résultat n’est pas aussi beau, on manque de matériel et il faut improviser… Tous ces petits obstacles normaux avant d’arriver au résultat final sont de formidables manières d’apprendre à notre enfant à se rendre jusqu’au bout de ce qu’il a entrepris. Cette capacité de continuer malgré les embûches lui servira toute sa vie!

Bricoler avec son enfant permet d’entrer dans son petit monde intérieur

Et il est d’une richesse incroyable, quand on prend le temps de s’y attarder! Il faut profiter des moments où on est dans une activité de ce type pour jaser avec lui et le questionner sur ce qu’il fait. Vous apprendrez des choses inédites sur votre enfant si vous lui demandez pourquoi il préfère cette couleur, pourquoi la maison est plus petite que l’arbre, pourquoi sa sœur est toujours ailleurs sur son dessin. Mais vous aurez surtout l’occasion de toucher à ses rêves, son imaginaire. « Toi, plus tard, quel genre de voiture tu aimerais avoir? ». S’il vous répond qu’il voudrait conduire un autobus, ça vous donne de belles pistes à explorer! Posez des questions ouvertes (qui ne se répondent pas par oui ou par non) est le meilleur moyen de le faire parler.

blogue MBT bricolage

Le bricolage travaille la motricité fine et globale

Bon, je sais, on lit ça partout. Mais ça veut dire quoi en vrai? La motricité globale, c’est le corps au complet et les gestes qui en sollicitent le plus grand nombre de parties. Courir, lancer, ramper, sauter, grimper en sont des exemples. Lors des bricolages, il est évident qu’on travaille davantage la motricité fine (découper, tracer, coller, peinturer). Mais chaque geste que pose votre enfant avec son corps  (aller chercher la colle, se pencher pour ramasser un morceau de papier, former la pâte à modeler, s’asseoir droit pour écrire) contribuent au développement de sa motricité. Et pourquoi ne pas faire des bricolages qui leur permettent ensuite de bouger tout leur corps? Comme ça on fait d’une pierre deux coups!

Bricoler, c’est apprendre!

Eh oui, tout le monde sait maintenant que les enfants apprennent par le jeu. Mais bricoler, c’est un jeu! On y apprend les couleurs, les formes, les textures. On apprend le nom de différents objets qu’on dessine ou qu’on utilise pour bricoler. On apprend des tonnes de choses si l’adulte qui nous accompagne en profite pour nous jaser un peu. Nos enfants sont des éponges! Profitons-en pour enrichir leur vocabulaire. Ils seront si fiers de ces nouveaux mots!

Et souvenez-vous qu’on n’apprend pas seulement qu’avec notre cerveau en emmagasinant des connaissances! Les 5 sens de vos enfants sont des capteurs incroyables qui les aident à se développer. Bricoler permet d’en stimuler plusieurs comme la vue grâce aux couleurs à démêler, aux formes à percevoir, aux différentes dimensions (2D versus 3D) à découvrir. On chatouille aussi l’odorat avec toutes ces odeurs de peinture et de crayons (rappelez-vous l’odeur des crayons bien aiguisés à l’école!). Et que dire de l’ouïe! En plus de vous entendre parler, l’enfant entend le bruit des ciseaux qui coupent, du papier qu’on froisse et du styromousse qui grinche quand on le touche. Mais le plus beau son restera toujours, pour lui, les mots de fierté de son parent devant un bricolage réalisé!

 

Allez-y! Bricolez! Ça n’a pas besoin d’être compliqué pour être amusant. Ramasser des feuilles pour faire un herbier, faire des dessins qui deviendrons cartes d’anniversaire, enrouler des nouilles sèches sur un bout de fil pour faire un collier. Ce sont de petits exemples qui nous rappellent que l’important, c’est la relation parent-enfant qu’on développe en réalisant un projet ensemble. Et ça, c’est un cadeau pour la vie qu’on leur fait!

 

Mélanie Tremblay, ma boîte timbrée
Posted on Leave a comment

Le plus beau paradoxe de la vie de maman…

C’est de passer du temps, le soir, à regarder des trucs d’enfants sur Pinterest, le cœur rempli d’amour pour ses rejetons. C’est de s’imaginer, épanouie, souriante, les encourager à faire ce magnifique projet rempli de ouate, de brillants et de couleur…

Mais la vraie vie, ce n’est pas ça. C’est se sentir coupable d’être dans l’action, tout le temps et de ne pas s’arrêter pour ce « temps de qualité ». C’est la fois où tu te décides à faire un projet brico et où il te manque de tout. Que tu soupires et te diriges avec tes amours au Dollo le plus près pour acheter de la colle et des yeux qui bougent. C’est la crise qu’ils te font pour des bébelles qu’ils ont déjà en trois exemplaires. C’est revenir à la maison avec les mau**** yeux qui bougent et un mal de bloc.

Tu te reconnais? Moi, j’ai l’impression que c’est l’histoire de ma vie. J’ai beau adorer mes héritières, j’ai cette fichue boule dans le ventre qui me chuchote que tout va trop vite et que je ne profite pas assez d’eux.

C’est pour ça que je lance ma boîte timbrée ELI. Parce que j’aurais eu tellement besoin de ça comme maman. Parce que j’ai envie de savoir les parents posés, calmes et disposés à vivre un beau moment avec leur enfant. Parce que rien ne fait plus de bien que de sentir qu’on est dans le moment présent et concentrée sur notre rejeton.